Est-ce que tout le monde peut faire de l’histoire?

Today, on Bridging, we’re sharing a video and an extract of its transcript from Nota Bene, a YouTube channel focused on sharing and helping people discover history in new ways. “Est-ce que tout le monde peut faire de l’histoire” (Can everyone do history?) was originally posted in April 2018, and features Manon Bril, from the YouTube channel “C’est une autre Histoire“.

-Mes chers camarades, bien le bonjour, je m’appelle Benjamin, de la Chaine Nota BeneEt je vous présente Manon, de la chaîne “c’est une autre histoire”.
Aujourd’hui, on a décidé de répondre ensemble à une question à laquelle on est souvent confrontés : est-ce que tout le monde peut faire de l’histoire ?
-Et on s’est dit que ça serait très intéressant d’y répondre ensemble parce qu’on tient tous les deux une chaîne d’histoire et qu’on a deux parcours complètement différents !
-Hé oui, en effet, pour ma part j’ai fait des études d’audiovisuel donc je ne suis pas historien de formation, mais vidéaste professionnel.
-Et moi (Manon) je suis actuellement en train de finir ma thèse d’histoire, donc je suis historienne mais pas vidéaste de formation.
-Bah déjà pour répondre à la question “est-ce que tout le monde peut faire de l’histoire”, il faut expliquer en quoi ça consiste faire de l’histoire.

(Manon) L’histoire c’est l’exploration du passé. C’est une enquête pour comprendre ce qui s’est passé. C’est la science de la reconstruction du passé de l’humanité, sous un aspect général ou spécifique, selon un lieu et une époque. Ça permet de comprendre d’où on vient, et de mieux appréhender où on est maintenant mais attention, certainement pas de prédire le futur. D’y réfléchir oui, éventuellement de tirer des leçons du passé mais attention ! Ce n’est pas le but premier de l’histoire, et ça sort de ses plates-bandes.

(Benjamin) Le travail de l’historien consiste à questionner les sources historiques. C’est à dire toutes les traces humaines du passé que l’on peut collecter et celles-ci peuvent être extrêmement variées. Ce sont des objets de la vie quotidienne qui nous sont parvenus, des documents administratifs, des écrits littéraires ou artistiques, des œuvres d’art, des documents de presse, des fossiles, des éléments architecturaux, des monnaies, des photographies, etc. Toute chose provenant de la période, de la zone et de la thématique qui concernent le sujet. Et d’ailleurs souvent, l’historien travaille à partir des recherches que d’autres disciplines ont produites sur ces sources, notamment l’archéologie.

(Manon) L’historien analyse les sources en questionnant leur contexte de production, qui les a créées, dans quelle intention, pour quel destinataire, dans quel contexte politique, social etc… Il recoupe ces documents entre eux pour essayer de dégager une analyse et comprendre au mieux ce qui s’est passé, quelles idées étaient véhiculées à l’époque, comment les gens vivaient, se sentaient etc… Il faut avoir de la méthode, trouver les sources pertinentes, les interpréter avec justesse, replacer ensuite les faits les uns par rapport aux autres, en définissant leurs causes et leurs conséquences potentielles.

(Manon) Du coup, vous vous en doutez bien, ceci demande des compétences précises et une formation d’historien. Il y a une méthodologie propre à l’histoire, et ça n’est pas du tout inné. Il faut pouvoir tirer un maximum des sources, sans non plus leur faire dire plus que ce qu’elles ne disent vraiment. Le but c’est de s’approcher un maximum de ce qui s’est passé, même si parfois, il faut bien reconnaître qu’on ne peut faire que des hypothèses, mais qu’on n’a pas forcément tous les éléments ou toutes les techniques nécessaires. Le but c’est donc de présenter toutes les hypothèses possibles, sans prendre parti, et éventuellement d’en mettre une plus en avant lorsque le matériel permet de le faire.

(Benjamin) Oui, d’ailleurs c’est une science qui se perfectionne avec le temps et aussi les nouvelles technologies. Et oui, on utilise aussi, en histoire, des logiciels divers et variés, pour répertorier, analyser, classer les sources et des bases de données de plus en plus immenses. Avec internet, par exemple, on a accès à beaucoup plus de choses, de publications, qui se trouvent partout dans le monde et qui n’étayent pas forcément si facile d’accès avant. L’archéologie, mais aussi la sociologie, l’anthropologie et autres disciplines nous permettent aussi de faire de nouvelles découvertes, qui permettent d’enrichir, parfois de contredire, ce qu’on avait établi avant.

(Manon) En effet, chaque nouvelle étude dresse le tableau d’un pan du passé qui s’imbrique dans le réseau de ce qu’on sait déjà, le précise, ou parfois même le contredit. Quand on fait de l’histoire, il faut aussi connaître l’état de la recherche sur le sujet qu’on traite, se positionner par rapport à ce qui a été fait avant, pour toujours apporter quelque chose de nouveau. Et les sujets d’étude sont infinis. Les courants historiques se sont structurés avec le temps et ont beaucoup évolué. Depuis longtemps, par exemple, on ne se soucie plus de faire uniquement l’histoire des grands personnages, des rois des France etc, mais aussi d’étudier les habitudes des gens, traiter des sujets qui paraissaient moins nobles comme la prostitution au Moyen Âge !

(Benjamin) En effet, la discipline a bien évolué depuis ses débuts, dès l’Antiquité, pour se structurer en discipline scientifique à partir du XIXe siècle. Les premiers ouvrages ressemblaient parfois plutôt à des mémoires, et étaient très subjectifs, on se souciait surtout de la qualité du style et de produire un ouvrage moralisateur. Petit à petit on a essayé de se détacher de ce ton là pour tendre vers un maximum d’objectivité, même si l’objectivité totale est illusoire. Et oui, même s’il essaye d’avoir un maximum de détachement vis-à-vis de son objet d’étude, l’historien est forcément biaisé par le filtre de son éducation, de ses convictions, de ses centres d’intérêt. Pour autant, il y a une nuance éthique, avec le fait de déformer volontairement les faits. Donc, en faisant de l’histoire on s’efforce d’échapper à ça, mais l’objectivité totale ça n’existe pas. Mais même dans un dictionnaire, ça n’existe pas, si tu accordes deux fois plus de texte à la notice sur Ravel qu’à celle de Brahms, c’est déjà une forme de subjectivité, même en listant simplement des faits. Mais c’est quand même autre chose qu’écrire un pamphlet sur la musique de Brahms, qui a longtemps été étiquetée comme “injouable”.

(Manon) Alors, vous l’aurez compris, faire de l’histoire ce n’est pas la même chose qu’apprendre par coeur un maximum de dates et de faits, ça, ça ne fait pas de vous un historien. Un érudit, certes, mais ce n’est pas la même chose que parvenir à reconstituer le passé en tâchant d’approcher au maximum du passé tel que le montrent les sources. Sinon c’est comme si on disait que faire de la médecine c’était juste pouvoir réciter tous les noms des organes. Bref, ça demande un savoir-faire scientifique. C’est là qu’on fait la différence entre les passionnés et les historiens. On voit souvent des contributions à l’histoire locale ou familiale avec un épinglage des faits minutieux, mettant sur le même plan tout type de document, signalant, par exemple, avec scrupule toute la liste des noms qui ont servis à retaper la clotûre de l’église de saint pinpouin les oies, le 18 août 1966.

(Benjamin) Non pas que ces travaux soient à prendre de haut ou avec mépris, certainement pas, c’est juste qu’ils ne relèvent pas forcément de la méthodologie scientifique, ils n’ont forcément pas le même statut, ni le même intérêt. Donc, pour répondre à la question, non, tout le monde ne peut pas faire de l’histoire, au sens de produire du contenu scientifique en histoire. Il faut être historien. Il faut avoir une formation. Après ça n’est pas forcément par le parcours universitaire qu’elle se fait, entendons-nous bien, il y a de super travaux de gens qui viennent d’ailleurs.

En tout cas, moi (Manon) ce que je fais dans le cadre de ma thèse, c’est faire de l’histoire, mais ce que je fais sur YouTube, tout comme Ben, ce n’est pas faire de l’histoire.

(Benjamin) Bon, après Manon, on peut peut-être être un peu moins psychorigide sur le sens de l’expression “faire de l’histoire”.
-Non, mais je veux dire que “faire de l’histoire” ça peut avoir un sens un peu plus large dans le langage courant : ça peut vouloir dire “faire de l’histoire” en cours, à la télé, à la radio, sur YouTube.

(Manon) Ok, mais dans ce cas-là, on ne fait pas de l’histoire au sens faire de la recherche, mais on transmet du savoir, on fait de la vulgarisation. Mais du coup, est-ce que tout le monde peut faire de la vulgarisation ?
Bah je dirais que non, non plus. Ou en tout cas pour que ce soit bien fait. C’est vrai, et d’ailleurs, pour le coup, bien souvent les chercheurs sont très mauvais pour vulgariser.
Alors comment bien vulgariser ?

Ca mériterait une autre vidéo dis donc !!

 

http://www.cnrtl.fr/definition/histoire

http://histoire.umontreal.ca/departement/quest-ce-que-lhistoire/

http://books.openedition.org/pum/446?lang=fr

Wikipédia :

https://scoms.hypotheses.org/775

https://cehistoire.hypotheses.org/1105#more-1105


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *