Un historien public à l’ère des médias sociaux

Author:Maxime Patte,is a french high school teacher in history and geography.

L’article de Maxime Patte propose de lever le rideau sur les inspirations et les pratiques d’un professeur de collège décidé à donner plus de visibilité à son travail. Les médias représentant un atout majeur pour viser un public jeune, il se lance dans la création de vidéos et  de documentaires. Il cherche ainsi à se créer un profil d’historien public à travers cette entreprise qu’il détaille dans l’article qui suit.


Maxime Patte’s article reveals the inspirations and practices of a middle school teacher who decided to give more visibility to his work. He started creating videos and documentaries, knowing that these are powerful mediums to attract younger generations. In this way, he seeks to create his profile as public historian, and gives more insights on his endeavour in the following article.


Natalia Buryka, Bridging editor

C’est en 2016 qu’a débuté ma grande aventure dans le domaine de l’histoire publique qui m’a ensuite permis d’intervenir à la radio, à la télévision, sur internet et devant des étudiants d’université.

Quel constat dans l’enseignement de l’Histoire au collège et au lycée ?

En mai 2016, cela faisait pratiquement trois ans que j’étais professeur d’histoire-géographie en Picardie. Ces quelques années m’ont permis de dresser un premier constat sur le rapport qu’entretiennent les élèves à la matière que j’enseigne : ils ne se rendent pas suffisamment dans les lieux historiques qui les entourent, en général par manque de moyens ou de motivation, tandis que leur temps passé sur les médias sociaux ne fait que s’accentuer. Très vite, j’ai pris conscience de l’enjeu de leur divulguer un contenu pédagogique autrement que dans ma salle de classe, de leur rendre accessible l’Histoire hors des limites formelles et académiques de l’enseignement scolaire ; une approche de l’Histoire plus vivante et plus moderne, à la portée de tous, utilisant tous les médias d’aujourd’hui, je le désirais déjà lorsque j’étais moi-même élève.

Le lancement des premières réalisations

Les médiaux sociaux m’ont très vite paru indispensable à la création d’un contenu pédagogique novateur adapté à la nouvelle génération d’élèves. En effet, ils permettent de diffuser un contenu davantage personnalisé par rapport aux médias traditionnels, facile d’accès (ordinateur, tablette, smartphone) et où l’interaction sociale est favorisée.

C’est pourquoi en mai 2016, avec l’appui d’une page facebook Maxime Patte – Un Temps d’Avance sur laquelle je mettais régulièrement des anecdotes historiques, je me suis lancé dans un projet de cours en vidéo. J’ai tout d’abord réalisé un premier documentaire portant sur l’histoire des bains de mer sur la côte picarde, afin de rendre hommage à ma terre natale. Ce projet a été rendu possible grâce au soutien d’amis talentueux qui m’ont aidé à filmer, à monter et à publier le contenu sur ma chaîne Youtube Un temps d’avance. L’accueil de mes élèves a été très favorable et les médias locaux m’ont très vite contacté pour s’informer sur cette initiative d’enseignement 2.0 et de mise en valeur du patrimoine historique.

Ces nombreux retours positifs d’élèves, de professeurs, de passionnés d’histoire, m’ont conduit à la réalisation d’autres vidéos, avec le désir que cette fois le contenu s’inscrive davantage dans les programmes du secondaire tout en restant ancré dans le patrimoine local. J’ai ainsi réalisé un second documentaire sur la Révolution industrielle, filmé dans le Vimeu, un bassin industriel sur la côte picarde, qui a été très chaleureusement reçu par la presse et par un public beaucoup plus large et varié.

De l’enseignant à l’historien public

Mon expérience des médias a pris un nouveau tournant en janvier 2017 lorsqu’on m’a offert la possibilité d’intégrer l’équipe des chroniqueurs radio des « Pourquoi, Comment » de France Bleu Picardie ; j’y raconte depuis une à deux fois par semaine de courtes histoires locales dans la matinale. Cette expérience de la radio m’a fait mesurer toute l’importance de transmettre l’histoire-géographie par le biais de récits courts, vivants et à la portée de tous.

En parallèle est sorti en septembre 2017 mon troisième documentaire, portant cette fois sur Louis-Philippe et le château d’Eu (Seine maritime) ; j’ai eu la chance de pouvoir le présenter en avant-première en salle de cinéma un vendredi soir en présence de deux cents personnes, dont une centaine d’élèves accompagnés de leurs parents, une véritable consécration pour ce projet de vulgarisation de l’Histoire ! Dans cette lancée et pour obtenir les moyens de continuer, j’ai créé en janvier 2018 une Association d’Histoire Publique Un Temps d’Avance pour officialiser mon projet et récolter des fonds pour améliorer la qualité technique de mon quatrième documentaire, qui portera cette fois sur la Première Guerre mondiale et les théâtres d’opérations militaires picards ; le tournage est d’ores et déjà lancé, pour un résultat visible en novembre 2018 !

Mes réalisations en Histoire Publique m’ont ouvert de nouvelles portes, en particulier la possibilité de commenter en direct sur France 3 les commémorations américaines liées à la bataille du bois Belleau de juin 1918 ou encore la formidable opportunité d’assurer mon propre cours d’Histoire Publique à l’UPEC à partir de novembre.

C’est ainsi que je me suis bâti en deux ans un profil d’historien public, à force de passion, d’énergie, de détermination et d’humilité.


Maxime Patte is a french high school teacher in history and geography. He created his own YouTube channel where he is uploading “pedagogic” historical videos. Those videos are about “pedagogic” subjects through the patrimony of his country “Picardie” and his students. Furthermore, he became well known, with social media, radio, television and with his career in university as a public historian.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.